SPORT SANS DOULEUR
Correctifs posturaux, Mobilité articulaire, Reprise progressive activité sport, Automassages CTS
1607
home,page-template-default,page,page-id-1607,qode-quick-links-1.0,ajax_leftright,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Mon parcours

Bienvenue sur ce site qui cumule mes activités CTS et des liens officiels de la méthode CTS!

Certifié en 2014 dans le cadre de la méthode CTS de Christophe Carrio, je propose aux personnes un suivi de programmes correctifs de leur posture et de reprise progressive d’une activité sportive équilibrée adaptée à la personne.

Voici en quelques lignes mon parcours, qui est différent de celui d’un sportif professionnel ou d’un préparateur physique.
Premier point (important?) je n’ai pas de diplôme(s). Par contre, si vous prenez le temps de lire cette introduction, vous comprendrez peut-être que cette méthode du CTS m’a beaucoup apporté lorsque je n’étais qu’en solo à la découvrir suite à des problèmes naissants.

Pour la petite histoire: j’ai 49 ans, et j’ai tardivement commencé à ‘faire du sport’ à 38 ans.
Avant l’âge de 38 ans, je ne pratiquais aucun sport, je n’aimais pas courir, bouger, aucun intérêt en ce qui me concernait, c’était à mon sens une perte de temps!
Je sortais beaucoup, faisait la fête, bonne bouffe, bon vivant, je travaille longtemps assis comme beaucoup. Pas du tout intéressé par une activité sportive!
Et puis un jour, à 38 ans, je me lève un matin après trop d’excès de la veille, pas bien, ayant prit quelques kilos, les poignées d’amour apparaissaient; je n’avais plus l’impression de tout contrôler. Me sentant encrassé de l’intérieur, lent, lourd, fatigué, je pris la décision subite de faire du jogging pour me relancer! comme beaucoup de personnes, en pensant que le jogging me ferait rapidement changer de vie à l’aube de la quarantaine (les grandes décisions 😀!) J’avais du mal en plus à accepter le cliché ironique d’une forme de fatalité que souvent dans notre vie sociale nous pouvons entendre : « Ah bha oui hein, bientôt la quarantaine avec la bedaine, baisse de régime, etc. » bref toutes ces conn…. 😀 aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Ce qui m’a d’autant plus aidé à me motiver…

Avec un corps subitement brinquebalé, et beaucoup de conviction et de volonté que tout était possible, me voici subitement mis à courir 3 à 4 fois par semaine des plus ou moins longues distances sans échauffement ni récupération (comme beaucoup; car « c’est ch… , j’ai pas le temps, etc » ). Je courais et recourais, j’en devenais bien entendu addict au bout de quelques mois, pensant que c’était une cure de jouvence et de liberté chassant le gras, les pensées inutiles, etc.
Comme ce n’était pas évident de s’auto-motiver entre courbatures, raideurs, fatigue, pensées, alors je me suis inscris en salle de fitness et participe aux cours collectifs super explosifs, charges, step, etc… j’adorais!.

Je pensais que j’étais enfin sur la bonne voie du quadragénaire revitalisé!
5 ans en intensité sans échauffement, ni récupération donc.

A 43 ans en 2010, des problèmes ont commencé de façon répétée avec des fatigues musculaires accompagnées de névralgies cervico-brachiales (NCB) dues à mes mauvaises positions assises devant l’ordinateur et les clics-souris quasi permanents depuis des années.
Excès de jogging, explosivité, impacts, charges, mauvaises postures, salle de fitness à outrance, sans récupération ni étirements, douleurs naissantes dans le dos, le cou, l’avant-bras, épaules, jambes; je ne comprenais plus rien, moi qui pensais que tout ce sport était bénéfique!
A force de cliquer devant l’ordinateur depuis des années, mon bras était électrisé, en plus de ne plus pouvoir courir à cause de mes jambes qui n’en pouvaient plus.  Je ne pouvais plus travailler. J’ai commencé à chercher des solutions sur le web pour comprendre et régler tout ça avant de passer à toute l’artillerie lourde annoncée : anti-inflamatoires, opération chirurgie canal carpien, IRM neurologie, électromyogrammes, infiltrations, etc. … tout ça sortait en premier sur internet, ce qui ne me plaisait pas du tout. Et puis, kinés, ostéo, massages,… automassages… « késako? » me disais-je. Et un jour, cherchant sur le web, je vois un bâton de massage en photo et  pour la 1ère fois le nom de Christophe Carrio  évoquant le ‘syndrome du parachute’ en vidéo.

Évidemment la première fois, je rigole avec ironie en voyant ce bâton de massage, car je trouve ce truc ‘ridicule’ et archaïque, et reste un peu sceptique… mais vue ma situation, je prend le temps de regarder les vidéos de cet homme dont le discours sérieux et compréhensible par tous, me plaît et me parle. Je regarde ses vidéos, et lis son site, son parcours, son évolution, ses recherches.
 J’achète « Un corps sans douleur » qui semble être reconnu pour son efficacité sérieuse, achète un bâton de massage sur son site (je n’en trouvais pas en magasin!), une balle de tennis, et visionne toutes ses vidéos Youtube qui concernent les automassages, et la mobilité articulaire, et les exercices.

Je me décide donc, à pratiquer au quotidien les automassages, même si ce fut au départ une « contrainte » supplémentaire à inclure dans un planning journalier régulièrement chargé.
Pressé aussi d’aller mieux et de pouvoir recommencer mon sport … puisque les automassages ont un rôle très important dans la reprise de mobilité, et de redonner aux muscles leur élasticité.
Et comme c’est un ancien champion du monde de karaté qui en parle, après lui-même s’être abimé dans le passé au top de sa médiatisation, je m’y tiens et dépasse mes premiers agacements contre cet objet, dont je m’impose l’utilisation telle que recommandée dans ‘Un corps sans douleur’.

Au bout de quelques semaines, je sens que des choses se passent un peu partout dans mes membres et articulations. C’est très subtil et parfois bizarre, mais jamais ressenti dans le passé. Comme si de fines couches de caoutchouc se décollaient entre elles à l’intérieur.
 Je n’arrive toujours pas à recourir normalement, mais je sens que les tissus de mes membres bossent et que tout se réveille. Le stick de massage agit comme un draineur mécanique, comme un pressoir de tube dentifrice.

CCarrio_stage 2012

Stage CTS Christophe Carrio « Un corps sans douleur »

Je rencontre Christophe lors d’un stage lié aux correctifs en 2012 sur les bases de « Un corps sans douleur », voulant pratiquer mieux et poser des questions directement à l’auteur du livre.
Ce stage fut déterminant, car les semaines et mois suivants ayant eu directement pas mal d’infos, je retrouvais le plaisir de reprendre progressivement le jogging avec les bases du CTS. Je me concentrais davantage sur les décompressions et mobilisations en reprenant le sport progressivement. J’intégrais peu à peu les renforcements aux élastiques avec ‘Total Band Training’, avec de la piscine (aquagym, aquajogging, palmes,…).
Sur 12 mois, j’ai senti mon corps retrouver une élasticité dont je ne me souvenais même pas dans le jeune âge. Les douleurs de bras et épaules disparaissent progressivement (et je n’en ai plus lorsque vous me lisez…) Je mêle le renforcement et la mobilité aux élastiques en repartant depuis zéro par rapport à mes premiers contacts avec le sport, et peu à peu je constate le rythme des résultats.
Parallèlement, mon entourage constate les changements bénéfiques sur moi et, pour certains, me demandent des séances de reprise de sport avec élastiques, bâton massage,… ils voient que je vais mieux et en pleine « auto-formation ». 
J’accepte d’aider à mon niveau du moment. Et à partir de ce moment, je prend conscience que je ne peux pas faire n’importe quoi avec les autres; ces personnes qui s’abiment au quotidien sans comprendre toujours d’où ça vient ou ne font pas bien les exercices.
M’auto-formant toujours , je tente une demande de certification CTS en 2014, ce qui ne pouvait pas paraître évident vu mon parcours, mais cette découverte du CTS et les 2 ans en autodidacte, me passionne et j’en découvre toujours les bienfaits, et j’apprends toujours et pratique! Durant cette session en certification, le bénéfice des 2 années en auto-formation pratiquées au quotidien fut rentabilisé totalement.

Christophe Carrio m’a fais confiance dans mon parcours différent d’autres, et je suis d’autant plus heureux de pouvoir partager ce que moi-même je connais et pratique. Je n’enseigne que ce que je pratique et c’est évolutif et progressif!

Pascal
certification CTS 2014